Le conseil de ce lundi 13 février était marqué par le vote du budget 2017 .

 

Rappelons que le budget se vote en deux volets :

- le fonctionnement (salaires, fournitures…), qui ne peut être financé que par l’impôt et les dotations de l’état ;

- l’investissement (acquisition de biens, constructions, rénovations…), qui peut être financé par de l’emprunt, certaines subventions et ce que vous avez comme excédent sur le fonctionnement.

 

Côté fonctionnement :

→ On note cette année une augmentation du budget, qui passe à 24M€ (+3%). Une hausse plus grande qu’entre 2015 et 2016. A quoi est-elle due ?

- en recette : + 977k€ de subventions inondations, + 250 k€ d'indemnité d'assurance pour l'école de voile et un excédent de fonctionnement sur l’année 2016 (+1,5M€).

- en dépenses : une masse salariale à peu près stable malgré une diminution de 15 équivalents temps plein. La revalorisation des indices est-elle passée par là ? ; autres charges à peu près stables. Un gros virement à la section d’investissement est prévu (3M€).

 

Côté investissement :

Un budget total de 5,4M€, dont :

  • 1,35 M€ de restes à réaliser ;
  • 2,5 M€ de remboursement du capital de la dette
  • 3,65 M€ de nouveaux investissements.

 

On note les travaux suivants :

- travaux restaurant scolaire à l’école Girodet 373 000 €

- contrat local de transition énergétique 959 200 €

- travaux de réfection de la salle de boxe 64 000 €

- construction de vestiaires pour le terrain synthétique de football 250 000 €

- travaux de réfection des salles de tennis de table – école Pasteur 173 800 €

- travaux de reconstruction de l’école de voile 496 000 €

- travaux d’aménagement du carrefour des Bénédictines 457 000 €

- travaux de grosses réparations de la voirie 396 000 €

- études d’aménagement du boulevard des Belles Manières 80 000 €

- études d’aménagement de la halle Girodet 30 000 €

 

Nous nous sommes déjà exprimés sur la cantine de l'école maternelle Girodet.

Quant à la halle Girodet, seuls des frais d’études apparaissent ici. Mais M. Door a confirmé que les travaux se feraient et seraient budgétés ultérieurement dans l’année, l’architecte devant revoir sa copie après un premier projet qui ne convenait pas. Voici notre intervention du débat d’orientation budgétaire :

« Nous n’avons rien contre la mise en valeur de la halle Girodet et son utilisation pour installer un pôle de commerçants de bouche, mais en l’absence de commerçants impliqués actuellement dans le projet, nous craignons qu’un chantier réalisé sans définition précise des besoins des utilisateurs finaux s’avère finalement contre-productif, avec des espaces/équipements mal adaptés. »

 

Enfin, si on regarde le détail de ce qui est prévu dans l’enveloppe « Contrat Local pour la Transition Energétique », décrochée auprès du ministère de l’environnement après les inondations, un point nous interpelle : le raccordement de l’école Pasteur à la chaufferie bois.

Nous émettons un énorme doute sur la pertinence énergétique et économique de ce raccordement. Cette opération est affichée avec un coût de 328 000€, soit l’équivalent de 13 ans de facture de chauffage pour l’école Pasteur !!!! Et pour quelle économie sur la facture de chauffage ? Il faudra bien payer Dalkia, à la place du gaz ou du fuel. Et même si la chaufferie bois est plus « écologique », il faut faire traverser le Loing aux tuyaux qui transporteront l’eau chaude, les pertes thermiques ne doivent pas être négligeables! Il nous semble que l’énergie la plus propre, c’est celle que l’on ne consomme pas. Pour 328 k€, on aurait peut-être pu envisager des travaux d’isolation thermique de l’école et de la cantine, ce qui aurait réellement fait baisser la facture énergétique.

 

Nous nous sommes donc opposés à ce budget primitif 2017.