L'actuelle réforme des rythmes scolaires pose beaucoup de questions.

Nous sommes nombreux à nous interroger : Quels seront les horaires à la rentrée prochaine? Quelle sera la part du périscolaire? Qui va payer ce temps supplémentaire? Que vont y faire nos enfants? surtout les plus petits? Quelles seront les personnes qui vont les encadrer? Combien seront-elles, et pour faire quoi?

La commune etant terriblement endettée, que pourrait proposer la municipalité pour faciliter ces changements importants pour les enfants et leurs familles?

L'un des buts de la soirée du 19 décembre dernier était notamment de faire un état des lieux des fonctionnements municipaux scolaires et périscolaires. Les animateurs ont ensuite présenté les pistes de réflexion qui furent les nôtres depuis plusieurs mois, ainsi que les projets et propositions qui ont retenu notre attention dans le cadre de la préparation de ce débat.

La deuxième partie, consacrée aux tables de discussions a été pour toutes les personnes présentes l'occasion d'apporter leur expérience, leurs idées, leurs temoignages... Plusieurs thèmes de discussions étaient proposés tels que : "Le sport et la culture : quels objectifs?", "Maternelles : Des besoins spécifiques", "La question du handicap...", "Inégalités : Quel rôle pour la mairie?", ou encore ; "Périscolaire, extra-scolaire... faut-il s'appuyer davantage sur les associations?"

Vers un nouvelle organisation?

De ces débats il est ressorti l'urgente necessité d'une organisation plus centralisée pour plus d'efficacité et plus d'équité... En effet, à Montargis, chacune des 14 écoles doit organiser elle-même le temps périscolaire, trouver et recruter ses propres intervenants, etc...  En fonction du degré d'investissement des enseignants et des possibilités d'accueil propres à chaque école (salles, personnel disponible etc...), les disparités sont grandes d'un établissement à l'autre du fait de la dispersion des informations et du manque de cohésion général.  Certains enfants de maternelles prennent même le bus tous les midis pour aller déjeuner, faute de cantine sur place... (Ecole Paul Langevin)... quant aux activités, sorties, voyages et ateliers proposés aux enfants, là encore tous les établissements ne proposent pas les mêmes choses, loin s'en faut.

Entre autres propositions, la liste citoyenne préconise donc  la mise en place rapide d'une organisation plus souple et plus performante, qui donnerait la possibilité d'avoir des intervenants à temps plein sur les différentes écoles du secteur et pourrait aider les établissements à mettre en place ateliers et activités, et ce, en cohérence les unes par rapport aux autres.

La municipalité pourrait également investir dans la formation au BAFA de jeunes de la commune, en échange d'heures d'encadrement en péri-scolaire et extra scolaire (centre de loisirs, vacances, week-ends...). Cela permettrait de faire face à la pénurie d'encadrants formés qui pose problème dans de nombreuses villes ayant déja mis en place les horaires imposés par la réforme.. cela ouvrirait également quelques possibilités de formation supplémentaires pour une jeunesse montargoise qui n'a souvent pas d'autre choix que celui de partir loin pour se former... Montargis est en effet particulièrement mal lottie en matière de formation supérieure...

Pour cela, un véritable "pôle éducation" doit voir le jour à la mairie. Cela permettrait de mutualiser les ressources disponibles (lieux, personnels...) et de proposer des améliorations notoires pour le bien de tous au quotidien, à commencer par celui des enfants et de leurs familles.
Il est hélas regrettable de constater que ce domaine semble n'intéresser que très peu l'actuelle mairie, qui n'a pour l'instant fait aucune proposition conséquente pour soutenir un tant soit peu les directeurs d'établissements dans cette tache délicate.

Il apparait clairement, et ce depuis des années que les questions scolaires ne sont absolument pas prioritaires aux yeux de l'actuelle équipe municipale qui ne les a jamais investies. La réforme qui se profile n'est pour eux qu'un combat politique de plus. La loi n'obligeant pas les mairies a s'impliquer dans un quelconque projet educatif, la nôtre a beau jeu de ne rien faire...

Et pourtant, la loi étant passée, il faudra bien appliquer les nouveaux horaires dès la prochaine rentrée... Or, si l'organisation de ce passage n'est pas anticipée, celle-ci promet d'être très compliquée...